Voici une chronique réalisé lors de la sortie du maxi Ep du groupe de métal camerounais, qui connait de grosses difficultés depuis, leur première album plusieurs fois repoussé sotira probablement en auto-prod mais pas de date précise, dommage pr un groupe autant prometeur:

Bon alors là, je tiens un objet culte ! Au début de l'année, notre cher webmaster (Chris, pour ne pas le nommer...) est aller faire un tour... au Cameroun (!!!) pour des raisons professionnelles. Et en revenant, il m'a dit : "Cousin, j'ai un truc pour toi !" et le voilà qui m'envoye cette K7... Franchement, en voyant la gueule de l'objet (pochette et jaquette déchirée, pas au bon format, morceaux difficilement déchiffrables, etc...), je me suis dit : "Putain, mais qu'est ce qu'il m'envoye là ???". Je mets la K7 dans le lecteur, et là, impressionnant ! Le son est loin d'être minable, mais putain quel pêche ! Un black metal ultra haineux, passant du blast les plus tarés aux passages les plus lourds et malsains jamais entendus ! "Set Douala on fire" met tout de suite dans l'ambiance, samples (maladroit...) de luttes et de guerre et c'est parti pour du black/thrash énorme ! On dirait du Impiety dans leurs meilleurs moments... Le deuxième titre est plus lent, mais terriblement efficaces, les vocaux sont hallucinants et hallucinés, je me demande même si le duo n'a pas fait appel à quelques sorciers du coin pour les mettre dans un état de transe post-apocalyptique délirant. Le meilleur est à venir (déjà que là, j'ai eu du mal à m'en remettre jusqu'à présent...). Putain, les salauds nous acènent un "Third sorcerer" de folie, sans compromis, du black d'une brutalité et d'une méchanceté rarement atteintes. Ils ont dû en voir des vertes et des pas mûres dans leur vie... Ensuite, le 4ème titre est un instrumental aux percussions (normal, on est en Afrique...), mais là, pas de tribal-metal à Soulfly, non, non, plutôt de l'incantatoire à la John Zorn "IAO" jouissif ! Lourd et sombre comme pas deux, vraiment saisissant. Enfin, je parlais d'Impiety plus haut, vous n'allez pas le croire et pourtant c'est vrai... Les voilà qui nous reprennent le fabuleux, ze masterpiece "Torment in fire" des Dieux de Singapour. Heavy à souhait mais surtout terriblement efficace. J'en suis encore sur le cul de cette démo, la meilleure de l'année sans conteste. ENORME je vous dit, ENORME... Et dire que ça nous vient du Cameroun